Documentaires... sans en avoir l'air !

Des albums aux histoires poétiques... et qui ont tout du documentaire.

Plantes vagabondes d'Emilie Vast, aux éditions Mémo

64 p., 17 euros

De son trait si reconnaissable et de sa plume poétique, Emilie Vast fait le portrait naturaliste de plantes qui vivent sous nos yeux. Rassemblées en un magnifique cabinet de curiosités narrées, qui a tout d'un livre d'art, ordonnées selon qu'elles se reproduisent en s'envolant (anémochorie) tel le pissenlit, en rampant tels les fraisiers, en tombant (barochorie) tels l'érable et le marronier, ou encore en sautant ou flottant, ces plantes deviennent personnages de belles histoires où l'enfant est amené à découvrir tout un monde qui vit si près de lui et dont il ignore comment il se développe et se reproduit. 

Un album qui se lit à petites gorgées, se déguste même, pour intégrer le foisonnement de petites et grandes découvertes qu'il dévoile.

Quelques mots que l'on y découvre : séneçon (plante herbacée de la famille des Asteraceae / stolons (rejets du fraisier qui deviennent un nouveau plan) / renoncule rampante (autrement appelée Bouton d'or) / samare...

Mon escargot domestique* et Mon chat sauvage*, deux albums d'Isabelle Simler, aux éditions Courtes et longues

64 p., 15 euros

Isabelle Simler nous avait déjà charmés l'hiver dernier avec la publication du magnifique Doux rêveurs, promenade aux pays des songes des animaux.
Elle revient ici dans un format différent, plus petit, laissant une grande place au blanc et à un univers qui nous est plus proche avec deux histoires d'animaux de notre quotidien : le chat et l'escargot. Le récit est à la première personne et le narrateur nous parle de son chat (petit clin d’œil à Gilles Bachelet et son espiègle chat / éléphant domestique) ou encore de son escargot. 

Trois histoires se déploient sous nos yeux : il y a ce que dit le texte, qui est presque toujours en décalage avec ce que montre l'illustration (et qui sont les données qui nous sont les plus familières), et puis il y a les notes de bas de page (*) qui, elles, sont d'un intérêt narratif presque scientifique et nous informent très sérieusement sur les particularités propres à chaque animal (et que souvent nous ignorions)... 
L'effet est multiple et garanti : tendresse, humour et savoir font ici très bon mélange !
Deux histoires qui nous plongent dans une observation minutieuse de la vie de ces animaux et mélangent gracieusement naturalisme et fantaisie.

Quelques notions que l'on y découvre : le chat est digitigrade (il se déplace sur la pointe des doigts) / la coquille de l'escargot est hélicoïdale et s'enroule presque toujours dans le sens des aiguilles d'une montre...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

le 30 juin dernier, Graou et Georges étaient à la Carline

l'été des bouquins solidaires